Le Téméraire, victime du progrès implacable

 

Elle est la plus belle œuvre de tout le Royaume-Uni ! Reconnue à ce titre depuis un concours organisé en 2005 par la BBC, 'Le Dernier Voyage du Téméraire' est une peinture à l'huile sur toile, réalisée en 1839 par le peintre britannique Joseph Mallord William Turner, et que l'on peut admirer à la National Gallery de Londres.

 

 

Lire la suite 0 commentaires

Laboratoire de Lavoisier

Rencontrez et aidez le scientifique au sein de son laboratoire

Lire la suite 0 commentaires

Les usages sociaux de la culture scientifique, par Benoît Godin

 

Les usages sociaux de la culture scientifique. Voici un ouvrage que j'ai choisi d'étudier parce que cette notion de culture scientifique est au cœur des relations entre science et société, et qu'au cours de mon cursus scientifique il n'avait hélas jamais été question de culture scientifique. C'est cette notion que l'auteur discute et définit au fil des pages, afin de nous en donner une meilleure compréhension.

Un mot sur l'auteur, justement : Benoît Godin est sociologue des sciences et chercheur à l'Institut National de la Recherche Scientifique, une université scientifique québecoise.

Lire la suite 0 commentaires

La pratique scientifique et Internet, par Aurélie Torregrosa

 L'article au cœur de ce billet s'intitule « La pratique scientifique et Internet. Quand la démarche interdisciplinaire devient une forme de médiation sociale ». Il a été écrit par Aurélie Torregrosa, et est paru en 2009 chez Cahiers Sens public, qui est justement une revue en ligne, offrant en accès libre un espace éditorial interdisciplinaire et international.

 

Il faut comprendre pourquoi Internet semble devenir essentiel aujourd'hui pour la pratique d'une activité scientifique. Et pour cela, il faut commencer par remonter le temps.

Lire la suite 0 commentaires

Les savants du savon

Imaginez vous, confortablement installé·e pour une conférence expérimentale - appelons-la "La manip du vendredi".

Lire la suite 0 commentaires

Technologie et cinéma : une histoire d'immersion

Du 5 octobre 2016 au 29 janvier 2017, la Cinémathèque française présente l'exposition De Méliès à la 3D, la Machine Cinéma. L'histoire de la technique dans le cinéma y est retracée, avec nombre d'appareils et de machines à l'appui.

De tous les Arts, le cinéma est sans conteste le plus technique. Sa mise en œuvre fait appel à des compétences en optique, chimie, mécanique, et depuis l'ère du numérique, en électronique et informatique. Il n'en faut pas moins pour parvenir à écrire le mouvement, sens originel du Cinématographe, dont le cinéma est devenu l'abréviation.

 

L'exposition De Méliès à la 3D, la Machine Cinéma, met donc à l'honneur les machines, anciennes et modernes, permettant de fabriquer un film.

 

Un film, ce récit fictionnel ou documentaire, le spectateur doit avoir l'impression de le vivre. Son immersion au cœur du récit a toujours été recherchée par les cinéastes. Les évolutions successives des techniques ont permis d'aller de plus en plus loin dans l'immersion. C'est ce parcours chronologique des techniques que propose de revivre l'exposition.

Lire la suite 6 commentaires

Comment évaluer la recherche et les chercheurs ?, par Rémi Barré

Parmi les textes de l'ouvrage collectif Les sciences ça nous regarde (Ed. la Découverte, 2013), "Comment évaluer la recherche et les chercheurs" me semble une excellente entrée en matière dans les sciences en société.

 

J'ai choisi ce texte pour deux raisons. La première est personnelle : en tant que doctorante (en formation à la recherche par la recherche, pour trois ans) je suis déjà confrontée à ces questions d'évaluation.

En effet, dès la première année de thèse, on entend parler des indicateurs qui vont permettre de nous évaluer, on comprend vite qu'il faut avoir ces choses là en tête dès le début... mais personne ne nous incite à développer un regard critique face à ces indicateurs. Ce texte est l'opportunité de saisir les avantages, mais aussi les dangers potentiels, de ces évaluateurs de la recherche.

 

La seconde raison pour laquelle j'ai choisi ce texte, c'est qu'une vision assez répandue des relations entre les sciences et la société, est le modèle de démarcation. Dans ce modèle, les deux mondes sont hermétiquement séparés. Il faut comprendre par là que les citoyens et les politiques ne doivent pas interférer avec les scientifiques, qui savent ce qu'ils font (à savoir de la "vraie" science). Or en pratique, ce modèle de démarcation ne s'applique pas, on a des sciences en société : les évaluateurs de la recherche en sont une bonne illustration.

Lire la suite 0 commentaires